Astronomie
... > Le télescope, histoire et fonctionnement > L’histoire du télescope et de son invention par Galilée

L’histoire du télescope et de son invention par Galilée

En 1609, un mathématicien italien du nom de Galileo Galilei fixait les étoiles dans le ciel nocturne à l’aide d’un drôle d’appareil de son invention. A ce moment-là, cet espace familier révéla à sa vue ses mystères et Galilée comprit qu’il avait entre les mains un appareil qui allait faire date.

La lune dessine pour qui l’observe à l’œil nu un arc gris-blanc. Mais en regardant à travers ce nouvel instrument, Galileo était capable d’apercevoir des ombres et des taches claires sur la surface de la lune. Il voyait également qu’il y avait des montagnes et des vallées sur la lune. A cette époque, on pensait que les planètes étaient de drôles d’étoiles qui parcouraient le ciel. Mais à travers son instrument, Galilée put observer que les planètes étaient accompagnées de points lumineux mobiles qui étaient autant de lunes.

Galilée publia rapidement ses découvertes dans une brochure intitulée « Message des étoiles ». Ses déclarations provoquèrent l’étonnement et l’excitation. Il présenta alors son nouvel instrument aux maîtres du monde de l’époque, parmi lesquels le Saint Siège à Rome. L’appareil fut appelé « telescopio », ce qui, en grec, signifie « voir à distance ». Le terme était destiné à évoluer en « télescope », mais quoi qu’il en soit, c’était là un nom adapté à la nouvelle invention. Le télescope de Galilée était un instrument simple, comparé à ceux que nous utilisons aujourd’hui. C’était un tube avec deux lentilles : une lentille convexe incurvée vers l’extérieur et la lentille concave, au contact de l’œil, incurvée vers l’intérieur. Il l’avait conçu après avoir entendu parler de la longue vue employée par les militaires pour observer le camp ennemi.

Ce premier télescope était fondé sur le même principe que tous les télescopes allaient employer par la suite, à savoir que la combinaison de deux lentilles captait plus de lumière que l’œil humain. Les lentilles focalisaient cette lumière pour former une image. Dans la mesure où l’image était constituée par la courbe de la lumière, ou réfraction, on a désigné ces types de télescopes du nom de télescopes à réfraction ou de réfracteurs.

Le meilleur télescope de Galilée agrandissait les objets jusqu’à trente fois. A cause d’erreurs dans sa conception, affectant en particulier la forme des lentilles, les images avaient tendance à être floues et déformées. Toutefois, ce premier télescope avait des capacités suffisantes pour permettre à Galilée d’explorer le ciel.

L’invention du télescope avait provoqué beaucoup d’intérêt ; néanmoins, au fur et à mesure que ses recherches progressaient, Galilée commença à se faire des ennemis. Certaines personnes affirmèrent que le télescope faisait voir des illusions. D’autres prétendirent que les détails des planètes ne pouvant être vus à l’œil nu, ces détails n’avaient aucune importance. L’hostilité se déchaîna autour d’un débat sur le fonctionnement de l’univers. Après tout, c’était là un concept novateur qui réfutait la norme habituelle selon laquelle les gens regardaient le monde.

Souvenez-vous que les gens pensaient que le monde était plat jusqu’à ce que Christophe Colomb apporta la preuve qu’il ne l’était pas! A cette époque, l’une des théories sur l’univers était celle que l’astronome Ptolémée avait établie longtemps auparavant : elle disait que la Terre était le centre de l’univers et que tout tournait autour d’elle. Un autre astronome, Copernic, plaça le soleil au centre de l’univers.

L’Église catholique, puissante sur le plan politique, défendait la théorie selon laquelle la Terre était le centre de l’univers. Elle affirmait également que les corps célestes étaient des sphères parfaites, lisses et rondes, sans aucune montagne ou vallée. Vous pouvez par conséquent imaginer quelle controverse déclencha le télescope, en même temps que les nouvelles théories de Galilée. En fait, Galilée apportait des preuves à la théorie copernicienne. Par exemple, il vit que Vénus présentait des phases, comme la lune, ce qui prouvait que cette planète tournait autour du soleil et pas de la Terre. De même, il observa que les lunes de Jupiter tournaient autour de Jupiter et pas de la Terre.